H.C. Andersen-centret ved Syddansk Universitet. Hjemmesiden er en base for forskning, tekster og information om og af H.C. Andersen. Man kan finde materialer om (nøgleordene) eventyr, forfatter, litteratur, børnelitteratur, børnebøger, undervisning, studie, Victor Borge, HC Andersen, H. C. Andersen, liv, værk, tidstavle og biografi, citater, drømme, FAQ, oversættelse, bibliografi, anmeldelser, quiz, børnetegninger, 2005 og manuskripter
The Hans Christian Andersen Center

Brev fra H.C. Andersen til Alfred de Vigny 18. maj 1847

Hop forbi menu og nyheder

Du har søgt på: +Marc +Sagniers +Samling +Paris

Gå til første fund  Tilbage til søgeresultaterne

Dato: 18. maj 1847
Fra: H.C. Andersen   Til: Alfred de Vigny
Sprog: dansk, fransk.

A

Monsieur

monsieur

Alfred de Vigny

a

Paris

Copenhagen 18 Mai 1847.

Monsieur!

Permettez moi de commencer par rappeller a Votre bon souvenir un poète danois Andersen, lequel, se trouvant a Paris au printemps 1843, malgré qu'il Vous fût absolument inconnu, Vous avez accuelli avec la plus grand bonté; Vous êtes même venu le voir a l'hotel Valois, malgré le grand nombre d'escaliers qu'il y avait a monter, pour lui rapporter Vous-meme son album dans lequel Vous aviez inscrit un fragment d'un plus grand poèm - eh bien! Monsieur, c'est ce meme Andersen qui prend la liberté de vous adresser ces lignes.

Depuis la temp la une étoile heureuse a lui sur mes écrits, non seulement en Danemark et en Suede, mais en Allemagne, en Hollande et en Angleterre, on semble les lire et le juger avec une bonté qui me surprend moi même. Si je Vous raconte ceci, ce n'est que pour arriver a l'objet qui me touche au couer. Peutêtre que vos yeux tout [læs: sont] tombes sur quelqu'un de mes livres en traduction anglaise, "the improvisator", "the poets bazaar", "Only a fiddler", "tales of Denmark" (contes originaux); je voudrais qu'il en fût ainsi, je me flatterais alors que mes écrits me feraient paraitre a vos yeux un peu mieux que ne le fit ma pauvre conversation française.

En Allemagne on a publié la derniere année deux differentes éditions de mes oeuvres complètes; mais la et partout on regarde mes contes comme ce qui m' appartient en propre; dans "the Atheneum" Vous pourriez voir à cet egard de trop grands èloges, je ne saurais les appeler des critiques; que m'ont prodigués les Anglais. C'est de ces contes qu'il sera question dans cette lettre. Je recu, il y a quelques jours, une lettre d'une dame allemande, dame du grand monde, femme d'esprit et de goût, qui m'annonce que quelqu'un qui m'est inconnu, un de ses amis a fait une excellente traduction française de mes contes, que cette traduction a été lue dans plusieurs cercles de Paris et qu'elle a été accueillie avec interêt; elle ajoute qu'on deserait de publier cet ouvrage, mais, la traduction ne te [læs: se] trouvant en rapport avec aucun libraire de Paris, on me prie, si la traduction est reellement bonne, de m'interesser a cette affaire. Jusqu'a present je n'ai été actif pour aucune traduction de mes ouvrages, si jen excepte la dernière édition allemande; je ne connais aucun libraire de France; mais je serais heureux de voir mes écrits trouver le chemin de la France et de les y voir accueillis comme dans les autres pays; j'ai donc reflechir(!) et j'eus 1'idée de donner a mon traducteur inconnu cette lettre pour Vous Monsieur, en le priant de Vous remettre en même temps son manuscrit. La prière que je Vous adresse done c'est de vouloir bjen jeter les yeux sur cette traduction, et, si Vous la trouvez bonne, et, ce qui est d'une bjen plus grand importance, si Vous trouvez ces contes dignes de Votre intérêt, de Vous y intéresser un peu. Malheureusement je suis sur que la traduction française est faites sur une traduction allemande de mon original danois; mais si Vous y trouvez encore quelque chose d'original et de poetique, quelque chose de digne de Votre protection, introduisez le livre par deux mots de preface et adressez le traducteur a quelque éditeur de Paris.

Je me permets de repeter que c'est exclusivement au cas que Vous trouvez la traduction et les contes dignes de Votre protection, que je vous suplie de faire quelque chose pour moi, et soyez persuadé que mon coeur reconnaisant Vous sera À jamais devoué. Quoi qu'il en soit, ne m'en veuillez pas d'une demande si téméraire; c'est l'expression de Votre figure qui m'est toujours present, c'est cette expression de douceur et de bonté qui me rassure et qui m'a inspiré le courage de hasarde(!) cette demarche.

Au mois de Juin je vais a Londres, en Aout je viendrai peut-etre a Paris. Mes respectueuses salutations a Md. de Vigny, tout mon coeur a Vous.

H. C. Andersen.

Tekst fra: Solveig Brunholm

Min Herre

tør jeg tilbagekalde i Deres Erindring en dansk Forfatter Andersen, som i Foraaret 1843 besøgte Parais, og som De da, uagtet han meget slet talte Fransk og uagtet De aldeles ikke kjendte hans Arbeider, dog paa een af Deres Landsmænds Anbefaling modtog venlig og var hjertensgod imod; det er denne Andersen der sender Dem dette lille Brev med Tak, Beundring og Hilsen. Mine Skrifter er senere blevne oversatte paa engelsk og der bekjendte, et Par ere endogsaa gaaet over Kanalen, og komne ud paa Fransk, saaledes een af Romanerne: Improvisatoren, om denne, hvad der ville glæde mig meget, eller nogen anden af mine Bøger var blevet læst af Dem vilde glæde mig meget, dog / jeg tør ikke troe at være blevet bemærket af dem, [uafsluttet kladde]

Tekst fra: Solveig Brunholm (microfilmscan 12, 317)